pixel facebook
Programme-one-to-one-biarritz-2018""

Programme

Dominique Farrugia : contenus créatifs, exploitation de data

Cette conférence Masterclass One-to-One Biarritz a pour invité Dominique Farrugia, qui répond à des questions sur la création de contenus et la data.

Masterclass – Dominique Farrugia

 

Dans cette conférence, l’auteur, producteur et réalisateur de films, séries, courts ou longs métrages Dominique Farrugia évoque notamment le rapport entre l’exploitation de la data, les contenus et les processus créatifs.

Comédie+ : comment pérenniser un contenu ?

 

La chaîne Comédie+ du groupe Canal+ a été créée il y a plus de 20 ans. L’idée était d’en faire une chaîne « chaude », c’est-à-dire non pas un robinet à images, mais un rendez-vous en live. L’innovation s’est improvisée au fil du temps, sur la base d’un besoin en termes de rentabilité. Pour être rentable, la chaîne devait proposer une émission articulée sur des sketches, donc des programmes courts en live. Elle était donc avant-gardiste dans le domaine du microcontenu.

Pour pérenniser un contenu, il doit avant tout être bon, car les auditeurs s’arrêtent de regarder s’ils perdent leur intérêt. Mais il faut également aller chercher des moyens financiers chez les annonceurs, et créer des programmes où l’on retrouve les valeurs de l’annonceur, sans le placer au cœur du programme.

Une marque peut initier des tendances, car elle s’inscrit dans un Momentum. Pour une enseigne, accompagner un film ou une série peut apporter beaucoup de positif à son image.

Il importe donc que les marques réfléchissent à leur inscription dans les projets de contenu. Dominique Farrugia pense qu’il est possible de produire des contenus intelligents en tout type de format, dans lesquels elles peuvent avoir un rôle important. Pour cela, la série ou le film concerné doit reprendre les valeurs de l’enseigne pour convaincre les auditeurs, sans qu’à la fin, le nom du produit apparaisse. Cela est possible, mais implique un long travail.

Quelles ont été les évolutions du processus créatif au fil des décennies ?

 

Faut-il viser la quantité ou la qualité en matière de création de contenu, et comment cibler des messages de manière massive ? Pour Dominique Farrugia, il faut s’interroger sur qui regarde les programmes et les moments où ils sont regardés. Une émission en live a besoin de produire du buzz pour revenir le lendemain et susciter l’envie de voir évoluer le buzz, par exemple.

Le mode de consommation des contenus a aujourd’hui énormément d’impact. À part les informations et le football, très peu de programmes sont regardés en live. Les téléspectateurs regardent ce qu’ils veulent quand ils le souhaitent, il devient alors difficile de placer de la publicité.

Entre les premières émissions de Dominique Farrugia et aujourd’hui, rien n’a réellement changé dans la forme de l’écriture, car l’auteur demeure seul en face de sa feuille. Néanmoins, il est devenu difficile de se lancer et d’atteindre une forme de notoriété via le bouche-à-oreille comme à l’époque de la création de Canal+. Par ailleurs, le politiquement correct empêche de créer certains contenus.

Aujourd’hui, les talents se trouvent sur les réseaux sociaux et YouTube, au sein d’un immense casting permanent ; alors qu’à l’époque de Comédie+, les talents se trouvaient par la scène, qui était le vivier des comiques. Si à l’époque, il était possible, de créer des émissions telles que le Petit Théâtre de Bouvard ayant fait naître de nombreux comiques célèbres, ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Aux États-Unis, Netflix traverse le pays pour trouver des jeunes stand-uppers, et potentiellement les faire signer pour des séries, mais la plateforme s’adresse avant tout à des gens déjà célèbres. Comédie+ était pour Canal+ un véritable laboratoire, chose qui n’existe plus aujourd’hui ; et qui a priori n’existera plus à l’avenir.

Quelles sont les relations entre la data et la création de contenus ?

 

L’audience visionne ses contenus quand elle veut et où elle veut, immédiatement. Le lien entre les consommateurs et la télévision se fait désormais principalement par le live, qui demeure le véritable berceau du buzz. Les émissions enregistrées sont doucement en train de s’éteindre.

Aujourd’hui, la mobilité est au cœur de tout. Les gens commencent une série dans leur chambre, la suivent dans les transports et la terminent dans leur salon, sur leur mobile ou leur tablette. L’expérience de visionnage se poursuit toute la journée et partout. Ce qui explique la prolifération des plateformes telles que Netflix, comme Apple qui est en train de devenir une plateforme de contenu et cherche à signer de grands noms de créatifs.

Par ailleurs, la génération qui consomme des contenus sur mobile n’a pas l’habitude de payer, c’est pourquoi le modèle « free-to-play » fonctionne bien dans le domaine vidéoludique. Il en va de même dans le monde du film et des séries.

Pour Dominique Farrugia, le podcast est un format très intéressant qui fournit une vraie envie de se confronter à des choses différentes au quotidien, essentiellement culturelles. En tant que consommateur, il explique récupérer des contenus sur France Culture et les écouter en week-end, car il n’a pas le temps de le faire durant la semaine.

Par ailleurs, le cinéma et la série font partie des arts majeurs au même titre que la peinture ou la photographie. Ils ne peuvent donc pas être écrits par quelqu’un d’autre qu’un auteur, qu’il soit bon ou mauvais. La place de l’intelligence artificielle est donc aujourd’hui encore confuse dans le processus créatif.

De son côté, la data n’est pas non plus en mesure de créer quoi que ce soit d’artistique, voire même peut freiner les audaces et les étincelles créatives en s’appuyant sur l’analyse pour pousser la création. Sur l’écriture en elle-même, ni l’intelligence artificielle ni le Big Data n’apportent ou n’expliquent quoi que ce soit.

En revanche, elles peuvent donner des informations sur les espaces géographiques de diffusion et sur les profils des audiences, Netflix en étant un bon exemple. Les plateformes de ce type s’appuient sur des éléments de choix, des profils et des envies pour adresser les bons contenus aux bonnes personnes.

Intervenant : Dominique Farrugia

Voir toutes les vidéos de One to One Biarritz

Retour à la rubrique Replay Conférences 2018

8 oct.2019
10 Biarritz

#1to1Biarritz